Le Kassaman qui est-il et d'où vient-il ?

Le Kassaman qui est-il et d'où vient-il ?

de lecture

Quel est l'hymne national algérien ?

Le Kassaman ou Qasaman créé par Moufdi Zakaria en 1956, signifie "nous-jurons"en arabe ou "le serment" en berbère. Son auteur ayant reçu une commande d'autres membres du FLN, l'aurait écrit avec son sang sur les murs de sa cellule, la cellule 69 de la prison Barberousse à Alger (lors de sa détention / emprisonnement). Mais tout les historiens ne s'accordent pas sur cet événement. 

La mise en musique de l'hymne est tout d'abord confiée à un algérien : Mohamed Touri. Cependant sa réalisation n'est pas retenu, car pas à la hauteur de ce qui était attendu. On confie alors cette réalisation à un tunisien Mohamed Triki mais celui-ci échoue de la même manière. C'est finalement un artiste plus lointain qui réussira à mettre l'hymne en musique, l'égyptien Mohamed Fawzi.

Bien que de nombreux chants et poèmes aient été écrit avant celui-ci, le contexte de révolte dans lequel il a été composé, la symbolique du sang versé associé à la commande du FLN sont des éléments de réponses qui permettent de comprendre pourquoi ce chant et pas un autre a été choisi comme hymne national de la république naissante algérienne.

Si tu nous as lu jusqu'ici c'est surement que tu portes l'Algérie dans ton coeur, si c'est le cas nous avons quelque chose pour toi ci dessous.

Traduction française 

Transcription

Paroles en arabe

Nous jurons ! par les tempêtes dévastatrices abattues sur nous
Par le sang noble et pur généreusement versé
Par les éclatants étendards flottant au vent
Sur les cimes altières de nos fières montagnes
Que nous nous sommes dressés pour la vie ou la mort
Car nous avons décidé que l'Algérie vivra
Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin !


Nous sommes des combattants pour le triomphe du droit
Pour notre indépendance, nous sommes entrés en guerre
Nul ne prêtant oreilles à nos revendications
Nous les avons scandées au rythme des canons
Et martelées à la cadence des mitrailleuses
Car nous avons décidé que l'Algérie vivra
Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin !


Ô France ! le temps des palabres est révolu
Nous l'avons clos comme on ferme un livre
Ô France ! voici venu le jour où il te faut rendre des comptes
Prépare toi ! voici notre réponse
Le verdict, Notre révolution le rendra
Car nous avons décidé que l'Algérie vivra
Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin !


Nos braves formeront les bataillons
Nos dépouilles seront la rançon de notre gloire
Et nos vies celles de notre immortalité
Nous lèverons bien haut notre drapeau au-dessus de nos têtes
Front de libération nous t'avons juré fidélité
Car nous avons décidé que l'Algérie vivra
Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin !


Des champs de bataille monte l'appel de la patrie
Écoutez le et obtempérez !
Écrivez-le avec le sang des martyrs !
Et enseignez-le aux générations à venir !
Ô Gloire ! Vers toi nous tendons la main !
Car nous avons décidé que l'Algérie vivra

Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin !

Qasamân bi-n-nâzilâti l-mâḥiqât
Wa-d-dimâʾi z-zâkiyâti ṭ-ṭâhirât
Wa-l-bunûd il-lâmiʿâti l-khâfiqât
Fi-l-jibâli š-šâmikhâti š-šâhiqât
Nahnu thurnâ fahayâtun aw mamât
Wa ʿaqadnâ l-ʿazma ʾan tahya l-jazâʾir.
Fa-šhadû ! Fa-šhadû ! Fa-šhadû !


Nahnu jundun fî sabîl il-haqqi thurnâ
Wa ʾilâ-stiqlâlinâ bi-l-harbi qumnâ.
Lam yakun yusghî lanâ lammâ nataqnâ
Fa-ttakhadhnâ rannat al-bârûdi waznâ.
Wa ʿazafnâ naghmat ar-raššâši laḥnâ
Wa ʿaqadnâ l-ʿazma ʾan tahya l-jazâʾir.
Fa-šhadû ! Fa-šhadû ! Fa-šhadû !


Yâ firansâ qad madhâ waqt ul-ʿitâb
Wa tawaynâhu kamâ yutwa l-kitâb
Yâ firansâ inna dhâ yawm ul-hisâb
fa-staʿiddî wa khudhî minnâ l-jawâb
Inna fî thawratinâ fasl al-khitâb
Wa ʿaqadnâ l-ʿazma ʾan tahya l-jazâʾir.
Fa-šhadû ! Fa-šhadû ! Fa-šhadû !


Nahnu min abtâlinâ nadfaʿu jundâ
Wa ʿalâ ašlâʾinâ nasnaʿu majdâ.
Wa ʿalâ arwâhinâ nasʿadu khuldâ.
Wa ʿalâ hâmatinâ narfaʿu bundâ.
Jabhat ut-taḥrîri aʿataynâki ʿahdâ
Wa ʿaqadnâ l-ʿazma ʾan tahya l-jazâʾir.
Fa-šhadû ! Fa-šhadû ! Fa-šhadû !


Sarkhat ul-awtâni min sâhi l-fidâ
Ismaʿûhâ wa-stajîibû li-n-nidâ
Wa-ktubûhâ bi-dimâʾi š-šuhadâ
Wa-qraʾûhâ li-bani l-jîli ghadâ
Qad madadnâ laka yâ majdu yadâ
Wa ʿaqadnâ l-ʿazma ʾan tahya l-jazâʾir.

Fa-šhadû ! Fa-šhadû ! Fa-šhadû !

قسما بالنازلات الماحقات
و الدماء الزاكيات الطاهرات
و البنود اللامعات الخافقات
في الجبال الشامخات الشاهقات
نحن ثرنا فحياة أو ممات
و عقدنا العزم أن تحيا الجزائر
فاشهدوا… فاشهدوا… فاشهدوا…


نحن جند في سبيل الحق ثرنا
و إلى استقلالنا بالحرب قمنا
لم يكن يصغى لنا لما نطقنا
فاتخذنا رنة البارود وزنا
و عزفنا نغمة الرشاش لحنا
وعقدنا العزم أن تحيا الجزائر
فاشهدوا… فاشهدوا… فاشهدوا…

يا فرنسا قد مضى وقت العتاب
و طويناه كما يطوى الكتاب
يا فرنسا ان ذا يوم الحساب
فاستعدي وخذي منا الجواب
ان في ثورتنا فصل الخطاب
و عقدنا العزم ان تحيى الجزائر
فاشهدوا… فاشهدوا… فاشهدوا…


نحن من أبطالنا ندفع جندا
و على أشلائنا نصنع مجدا
و على أرواحنا نصعد خلدا
و على هاماتنا نرفع بندا
جبهة التحرير أعطيناك عهدا
و عقدنا العزم أن تحيا الجزائر
فاشهدوا… فاشهدوا… فاشهدوا…


صرخة الأوطان من ساح الفدا

اسمعوها واستجيبوا للندا
و اكتبوها بدماء الشهدا
و اقرأوها لبني الجيل غدا
قد مددنا لك يا مجد يدا
و عقدنا العزم أن تحيا الجزائر

فاشهدوا… فاشهدوا… فاشهدوا…

 

Si cet hymne t'a ému et que tu souhaite perpétuer la mémoire de tes ancêtres nous avons des t shirts algériens pour toi.

Qui est l'auteur de l'hymne national algérien ?

Moufdi Zakaria né avant la grande guerre (la première guerre mondiale) le 2 juin 1908 à Beni Isguen. Cet homme surnommé le "poète de la révolution algérienne" sera durant la guerre d'Algérie l'auteur du Kassaman (ou Qasaman). S'il commence ses études en Tunisie c'est bien à son retour en Algérie en 1930 que son parcours révolutionnaire commence, avec comme élément déclancheur la célébration du centenaire de la colonisation par la France de l'Algérie.

S'il est arrêté une première fois en 1937 c'est durant la seconde guerre mondiale qu'il va passer le plus de temps en prison. Des accusations lourde pèsent sur lui et plusieurs autres accusés. Les procès s'accumulent devant le tribunal correctionnel d'Alger, et les magistrats veulent le faire tomber. Les avocats qui s'opposent à l'avocat général (représentant du ministère public) ne suffiront donc pas, les juges et les jurés le condamne à 2 ans de réclusion de 1937 à 1939, 6 mois de prison en 1940 puis 3 ans de prison en 1945.

Ainsi la partie civile perd trois fois la partie face à la juridiction et au jury. Sa culpabilité prouvé l'auteur n'a pas été condamné difficilement. Cependant malgré tous ces revers il continue dans un élan patriotique à lutter pour l'indépendance. Il rejoint alors en 1955 le FLN (Front de libération national) un mouvement terroriste qui s'en prend aux anciens combattants algériens et aux troupes militaires françaises dans leur régiments d'infanterie ou ailleurs (surtout envers les officiers).

Ainsi son appartenance à cette organisation qui commet des crimes et des délits pendant et après la guerre (attentats, meurtres, assassinats de soldats, attaques sur les populations civiles et sur les armées, massacres de harkis) le rend coupable d'incitation à la rébellion lors de son audience. L'armée française lutte alors âprement contre le FLN pour garder le contrôle de l'Algérie. Il sera ainsi condamné à nouveau à trois ans de prison de 1956 à 1959 aux termes desquelles il s'enfuit au Maroc jusqu'à la fin de la guerre.

Son chant est aujourd'hui utilisé dans toutes les commémorations et cérémonies en Algérie.

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevez nos articles dans votre boite email.